Trottinettes Bird : comme un air de « je t’aime moi non plus » un an après


En juillet 2018, la société américaine Bird partait à la conquête de l’Europe. Après Amsterdam et Paris, ses trottinettes arrivaient à Bruxelles (septembre 2018) puis à Vienne et à Anvers (octobre 2018). Le succès fut immédiat. Pourtant, un an plus tard, le constat est plus mitigé.

2 € à 7 € par trajet

Vous devez d’abord payer 1 € pour débloquer une trottinette Bird. Ensuite, le prix est de 0,25 € par minute (à Anvers). Cela peut paraître bien peu, car un court trajet (6 min) ne coûte alors que 2.25 €.

À Anvers, pour ceux qui utilisent ce mode de transport pour se rendre d’un bout à l’autre de la ville, le prix par trajet peut en revanche vite atteindre entre 5 € (16 min) et 7 € (24 min). Au prix unitaire du trajet, c’est donc à se demander s’il ne vaut pas mieux investir dans l’achat d’une trottinette électrique. Pour 400 € à 500 €, vous pouvez rouler (presque) sans compter.

En ville, des alternatives permettent également de se déplacer à des prix plus abordables. Les vélos partagés anversois de Vélo coûtent à peine 48 € par an. À Bruxelles, le service Villo! propose également des formules avantageuses en fonction de la fréquence d’utilisation.

Bird et vitesse

La majorité des trottinettes Bird permettent de circuler entre 18 et 21 km/h. Point de vue vitesse, cela n’est pas nécessairement intéressant, surtout s’il vous faut parcourir plusieurs kilomètres. La question se pose toutefois de savoir s’il serait bien responsable de rouler à des vitesses supérieures. Une chose est sûre : il faut faire preuve d’une certaine adresse pour circuler en ville.

(Pas) toujours à proximité

Après utilisation, les trottinettes sont stationnées partout dans la ville, ce qui représente un avantage mais également un inconvénient. Il est généralement facile de trouver une Bird, sachant que la plupart d’entre elles restent dans le centre-ville.

Pourtant, il arrive que celle qui est la plus proche se trouve à un kilomètre de distance ou que la précision de l’emplacement ne soit pas tout à fait exacte.

Problème plus embêtant encore : quand une Bird ne se trouve pas à l’endroit indiqué. Il est probable qu’un utilisateur l’ait garée à l’intérieur, empêchant ainsi son utilisation par toute autre personne.

Circulation limitée, parking sauvage

En principe, il est possible de parcourir jusqu’à 10 kilomètres avec une Bird entièrement chargée. La zone de circulation reste pourtant limitée à la ville et aux communes avoisinantes. Si vous sortez de la zone délimitée, la trottinette émet un son strident et la vitesse diminue.

En ce qui concerne le stationnement, celui-ci n’est pas réglementé. Une fois à destination, il suffit de la garer. Et c’est tout. Les plaintes concernant le parking « sauvage » de ces deux roues restent nombreuses, malgré les encouragements de la société à ne pas entraver les trottoirs. Le vent est aussi à l’origine de désagréments puisqu’il déplace les trottinettes sur la voie publique.

Aux États-Unis, les trottinettes Bird sont même victimes de vandalisme. Il existe d’ailleurs un compte Instagram intitulé « Bird Graveyard » qui leur voue une véritable haine : la page regorge de vidéos et autres photos où l’on voit des trottinettes jetées depuis des bâtiments ou incendiées.

Rouler ou ne pas rouler sur l’or ?

En rejoignant une « charger community », il est possible de gagner de l’argent en rechargeant des Bird. Il existe plusieurs catégories de prix en fonction du niveau de charge de la batterie et de la distance que vous devez parcourir. Par Bird rechargée, on peut ainsi récolter entre 3,5 € et 12 €, ce qui peut valoir le coup.

Le chargement des Bird à Anvers n’est pas sans causer une certaine concurrence. En plus, tout le monde n’est pas pleinement satisfait de ce système de charger community. Le retrait et le chargement des trottinettes est un travail lourd qui remet en question la justesse du prix consenti par Bird.

Cet article a-t-il été utile?

Nous sommes désolés que cet article ne vous ai pas été utile