10 mai 2019 5 min Conseils et astuces

Tronçons réservés au covoiturage : une bonne nouvelle ?

par Justine Six

En jetant un coup œil sur les automobilistes qui nous entourent, le constat est assez frappant : la plupart de nos compagnons de galère sont seuls dans leur véhicule. En effet, selon Wallonie Mobilité, 4 voitures sur 5 ne comptent qu’une seule personne à bord. Une solution pour réduire les embouteillages pourrait venir du covoiturage. C’est pourquoi la Wallonie a lancé un projet pilote dans cette optique.

carpoolstrook

Mardi 7 mai 2019, des bandes de circulation dédiées au covoiturage ont ainsi été inaugurées sur la E411 au départ de Wavre et d’Arlon. Après d’importants travaux, la bande d’arrêt d’urgence a en effet été aménagée pour favoriser cette forme de mobilité.

Des règles strictes

Sur les portions de l’E411 situées entre Wavre et la Région flamande et entre Arlon et le Luxembourg, une voie « 3+ » est désormais accessible aux covoitureurs. En pratique, il s’agit d’une bande d’arrêt d’urgence aménagée pour les véhicules avec au moins 3 personnes à bord (conducteur compris). Praticables uniquement en cas d’embouteillages, la vitesse y est limitée à 50 km/h.

Pour les conducteurs qui seraient tentés d’utiliser cette voie de covoiturage alors qu’ils circulent en moto, en camion ou sans passager dans leur véhicule, attention ! Des caméras ont été installées pour vérifier le respect des règles. Les contrevenants seront verbalisés en cas d’infraction.

Par ici la sortie

L’axe Wavre-Bruxelles est particulièrement encombré. Il semble donc logique de s’y attaquer et d’envisager des solutions au problème quotidien posé par les embouteillages. La distance entre les deux villes est d’environ 30 km, dont une vingtaine via l’E411. Oui mais voilà : la voie de covoiturage, elle, ne va pas au-delà de Rosières, à la frontière entre la Wallonie et la Flandre.

Et comme cette dernière ne participe pas au projet, les automobilistes sont dans l’obligation de se rabattre sur les voies de circulation classiques. Au final, ce ne sont donc que 4 kilomètres qui bénéficient du système mis en place.

En direction du Luxembourg, c’est une portion de 10 km qui a été aménagée pour le moment. Au départ d’Arlon, les covoitureurs empruntent la voie qui leur est réservée jusqu’à la frontière avec le Grand-Duché, à Sterpenich. Un accord de principe a toutefois été conclu entre le Ministre wallon de la Mobilité et son homologue luxembourgeois pour que le dispositif se poursuive au-delà de la frontière. Dans l’attente de sa mise en application, les automobilistes doivent là aussi s’insérer à nouveau dans la circulation au terme de ces 10 kilomètres.

Le projet est à l’essai pour une période de un à deux ans.

Partagez l'article sur
Restez au courant

Articles Similaires

8 mars 2018

Le covoiturage et les autres façons d’économiser du carburant

par Tessa Delbeke

Que l’on opte pour le diesel ou l’essence, rouler en voiture coûte cher. Mais en suivant ces conseils, vous pourrez…

Plus d'infos
12 avril 2018

La voiture électrique en 2018 : avons-nous manqué le coche ?

par Tessa Delbeke

Bien que la première calèche électrique ait vu le jour dès le XIXe siècle, les véhicules pourvus d’un moteur à…

Plus d'infos
21 janvier 2019

Salon de l’auto 2019 : que choisir, essence, diesel, GNC, hybride ou électrique ?

par Mira Hoeven

L’un des plus grands dilemmes à l’achat d’une nouvelle voiture : faut-il opter pour l’essence ou le diesel ? Ou…

Plus d'infos