Est-il obligatoire d’avoir une sonnette sur son vélo de course ?


L’année passée, nous sommes de plus en plus nombreux à opter pour le vélo. Sans sonnette sur le vélo de course, c’est une source de conflits sur les voies publiques. Qui n’a jamais été frustré de se faire dépasser par un cycliste qui n’avait annoncé son arrivée qu’en donnant de la voix ? Nombreux sont ceux qui se posent la question : « la sonnette est-elle également obligatoire sur un vélo de course ? »

Vous achetez un vélo de course dans sa forme la plus pure et la plus légère qui soit. Tout accessoire est un accessoire de trop. La sonnette ne déroge pas à cette règle. Les esthètes parmi nous voient même le montage d’une sonnette sur le guidon d’un mauvais œil. Néanmoins, elle présente de nombreux avantages. Une sonnette de vélo réduit le nombre d’accidents parmi les cyclistes amateurs sur la route.

La sonnette est-elle obligatoire sur un vélo de course ?

Oui. Selon le code de la route, la sonnette fait partie de l’équipement minimal légalement obligatoire d’un vélo de course. Celle-ci doit également être audible à une distance de 20 mètres. Il peut s’agir d’une sonnette de vélo classique ou électrique. La règle vaut d’ailleurs pour un vélo ordinaire. En outre, votre vélo de course doit être équipé des éléments suivants :

  • Un frein avant et arrière qui fonctionne correctement.
  • Un feu blanc à l’avant et un feu rouge à l’arrière, visibles à une distance de 100 mètres.
  • Un catadioptre blanc à l’avant et de couleur rouge à l’arrière.
  • Deux bandes réfléchissantes, sur chacun des deux pneus du vélo.
  • Les réflecteurs jaunes ou orange sur les pédales.

Important : pour un vélo de course, les quatre derniers points ne sont obligatoires que lorsque la visibilité est réduite à moins de 200 mètres ou pour circuler la nuit. Lorsque vous faites du vélo par un après-midi ensoleillé, vous n’avez pas besoin de lumières ou de réflecteurs. Cependant, le réflecteur blanc à l’avant et le réflecteur rouge à l’arrière sont toujours obligatoires lorsque vous avez des garde-boues sur votre vélo de course. Toutes ces règles s’appliquent également aux VTT. La question est de savoir si des contrôles sont bien effectués, et dans quelle mesure.

Quand on fait l’achat d’un nouveau vélo de course, il ne faut pas s’attendre à ce qu’une sonnette soit fournie. Vous ne recevez pas non plus les réflecteurs ou les éclairages à l’avant et à l’arrière. Vous devrez mettre ces choses vous-même. Et c’est parfois là que ça coince…

Autres possibilités pour la sonnette sur le vélo de course

En résumé, le coureur cycliste se retrouve devant un choix draconien : la sécurité et convivialité ou l’aspect esthétique. Examinons de plus près les courses cyclistes et les cyclistes professionnels. Avez-vous déjà vu l’un d’entre eux s’élancer avec une sonnette sur son guidon ? Qu’on se le dise : une sonnette, c’est un poids supplémentaire. En plus, cela modifie le profil du vélo et a des répercussions sur l’aérodynamique. Que vous parcouriez 50 ou 200 kilomètres, les petits détails font toute la différence.

L’univers de la course cycliste ne serait pourtant pas ce qu’il est si des alternatives n’avaient pas été imaginées. Il existe des manières d’intégrer une sonnette de vélo au guidon, et ce, en toute discrétion. Voilà de quoi satisfaire les éternels indécis.

Pour ou contre ? Quelques témoignages

Bien que la sonnette soit indispensable sur les vélos de course, nous avons posé la question à quelques cyclistes amateurs. Pensent-ils que c’est nécessaire ou non ?

  • Toon (30) : « J’ai une sonnette, tout comme bon nombre de mes amis. C’est plus sûr et plus sympa pour les autres usagers. Les professionnels n’en ont pas en raison du poids, mais aussi parce qu’ils roulent souvent sur des routes fermées à la circulation. Les amateurs devraient tous en avoir une. Du moins, c’est mon avis. »
  • Kenneth (24) : « Il y a des vélos de course qui font suffisamment de bruit quand on ne pédale pas : c’est la meilleure façon d’attirer l’attention. Les autres cyclistes vous entendent, ce qui rend la sonnette inutile. J’en ai quand même une sur mon vélo de course, car j’estime que c’est une question de sécurité. Quand on roule à 30 km/h, autant ne pas prendre de risque. »
  • Justine (33) : « C’est un sujet de discussion qui a pris de l’ampleur pendant la crise du coronavirus, en raison du nombre de plus en plus important de marcheurs. J’ai acheté une sonnette mais je ne l’ai jamais installée. C’est surtout une question d’attitude. Anticiper et annoncer son arrivée par un « pardon » ou « excusez-moi » est mieux perçu que de dépasser des marcheurs à toute vitesse (et risquer de les surprendre). On me dit quand même de temps en temps « vous pourriez utiliser votre sonnette » ».

Envie d’en savoir plus ?

Toutes les infractions que vous risquez à vélo

Une Limbourgeoise parcourt 86 km par jour en vélo pour aller travailler

Cet article a-t-il été utile?

Publiez une réaction
Edit comment

Publiez la première réaction

Publiez une réaction