Pourquoi sommes-nous si peu prêts à utiliser les transports publics…


Tout le monde souhaite un système de transport public efficace, la question est de savoir s’il répondra un jour aux souhaits des navetteurs. Passerons-nous bientôt massivement au train, au tram et à l’autobus ? Loin d’en faut : aujourd’hui, quelque 7 personnes sur 10 utilisent la voiture pour se rendre au travail. Malgré le nombre croissant de voitures de société, la pollution de l’air et les embouteillages.

Selon la dernière édition de Knack, le ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts préconiserait la mise en place d’une seule société de transport flamande, avec une seule formule de billet et un seul abonnement pour le train, le tram et le bus. Il s’agirait selon M. Weyts de la solution la plus appropriée pour mieux faire correspondre l’offre de bus et de trams avec l’offre de trains. « Le train doit constituer l’épine dorsale d’un système de transports publics complet et efficace ».

En tout état de cause, il reste beaucoup à faire car à peine 6 usagers sur 10 se déclaraient satisfaits l’an dernier des services fournis par la SNCB. Les transports publics sont également loin d’être populaires : à peine 20% des Belges prennent le bus ou le tram pour se rendre au travail en 2018, alors qu’ils sont 18% à prendre le vélo. Le reste de la population active est toujours attaché à la voiture, et c’est précisément ce contingent que nous devrions réussir à orienter vers le train. La question est : comment y parvenir ?

Le transport multimodal, avec la voiture dans le rôle principal

Nous souhaitons tous une mobilité plus fluide : avec de meilleures infrastructures cyclables, avec des voies réservées aux heures de pointe sur les autoroutes, avec une seule application mobile pour toutes les formes de transport public. Mais tant que ces formules ne sont pas développées, nous sommes loin du compte. Le débat sur la mobilité doit partir des besoins de l’automobiliste tout en tenant compte des problèmes actuels. La solution ne réside donc pas seulement dans les transports publics, mais dans le transport multimodal.

Chez Moby, nous sommes convaincus de l’intérêt de cette « multimodalité » dans laquelle nous serons de plus en plus amenés à combiner l’utilisation de la voiture avec d’autres moyens de transport. Car il est bien trop tôt pour interdire complètement l’usage de la voiture. Un petit appel du pied au ministre Weyts pour qu’il réussisse à unir les forces en présence… Nous voulons que les voitures quittent les villes et nous voulons de meilleures interconnexions au départ des zones plus rurales. Covoiturage, parkings stratégiques, zones de park & ride … Avec une combinaison de moyens de transport, les possibilités sont infinies.