Partir à l’étranger en avion : voilà ce qui vous attend (en Bulgarie)


Cet été, chez Mobly, pratiquement tout le monde est en mode staycation. Alors que la plupart d’entre nous ont opté pour des vacances au pays, certains ont quand même décidé de passer la frontière pour se rendre chez l’un de nos voisins. Une irréductible (aka moi, aka Femke) a décidé de prendre l’avion, malgré tout. Je me suis donc envolée pour la Bulgarie pour passer mes vacances.

L’aéroport de Maastricht

Maastricht dispose d’un petit aéroport entièrement rénové. Avant de pouvoir y accéder, vous devez montrer votre passeport et vos billets d’avion. Conséquence : une file d’attente à l’extérieur. Tout le monde porte un masque buccal et observe la distance de sécurité de 1,5 mètre. Une fois dans l’aéroport, il ne reste qu’à procéder à l’enregistrement des bagages.

Le petit restaurant était ouvert lors de notre passage. Dans les toilettes, on trouve du gel hydroalcoolique. Les sièges sur lesquels on peut d’habitude patienter à la porte d’embarquement étaient, quant à eux, inaccessibles.

Seul un siège sur deux était disponible. Fait assez remarquable : seul un vol était prévu au décollage ce jour-là, à savoir celui à destination de Burgas en Bulgarie. Pas de grosse agitation donc, mais suffisamment pour que tout se passe correctement.

vliegveld Maastricht

Le vol

L’embarquement s’est déroulé normalement. La seule différence, c’est qu’il faut désormais porter un masque buccal et rester à une distance de 1,5 mètre des autres passagers. Nous avons été accompagnés vers notre avion sur le tarmac, à l’air libre.

Au moment d’entrer dans l’avion, vous recevez une lingette désinfectante et vos mains sont désinfectées. Nous étions six personnes dans notre bulle sociale, ce qui nous a permis d’être assis côte à côte, par groupe de trois. Le port du masque est obligatoire pendant toute la durée du vol, soit deux heures et demie. Si le vol dure plus longtemps, vous devez jeter votre masque dans les poubelles prévues à cet effet et placer un nouveau masque propre sans attendre.

Autre différence : les hôtesses de l’air ne servent pas de boissons ni de quoi manger pendant le vol. Les compartiments à bagages ne sont pas utilisés non plus, sauf lorsque c’est absolument nécessaire (pour un fauteuil roulant, par exemple). Les voyageurs sont donc invités à mettre leurs bagages en soute au maximum. À l’arrivée, on vous demande de prendre vos déchets et de les jeter dans de grands sacs poubelles en sortant de l’avion.

L’aéroport de Burgas

Nous sommes arrivés tard dans la soirée à l’aéroport de Burgas. Nous avions dû signer des papiers envoyés par Corendon sur lesquels il fallait déclarer que les éventuels frais médicaux seraient à notre charge. Ces papiers devaient être remis à la douane et nous avons également dû en donner un exemplaire à l’hôtel.

À l’endroit où nous devions récupérer nos bagages, les sièges étaient également barrés de ruban adhésif. Dans l’aéroport, certains restaurants et bars étaient tout de même ouverts. Le nombre de tables pour la consommation sur place était cependant limité.

Le séjour à l’hôtel

zwembad in hotel

Pour rejoindre l’hôtel, nous avons pris un bus depuis l’aéroport. Pendant toute la durée du trajet, le port du masque était aussi obligatoire. Nous logions à l’Hotel Aqua Paradise Resort à Nessebar. On nous a souvent dit qu’il y avait moins de la moitié des touristes dans cette région par rapport à l’année dernière. Nous l’avions d’ailleurs remarqué dans l’hôtel. Le calme régnait et nous avions souvent la piscine juste pour nous.

Dans chaque espace public de l’hôtel, on pouvait trouver un gel hydroalcoolique pour se désinfecter les mains. Dans les bars, des rubans indiquaient le chemin à suivre pour éviter de se croiser. On trouvait aussi des autocollants sur le sol pour indiquer la distance de 1,5 m à respecter. Ces autocollants se trouvaient principalement près des buffets, à la réception et dans les bars.

Le restaurant principal de l’hôtel proposait un buffet. Avant la crise du coronavirus, vous pouviez vous servir vous-même. Mais ça, c’était avant… À présent, il y a une personne qui vous sert. Près de chaque buffet, des rubans sont installés pour que les convives se déplacent en sens unique. Une fois encore, il fallait respecter les distances de sécurité. Le restaurant avait une entrée d’un côté et une sortie de l’autre, afin d’éviter une fois de plus que les gens ne se croisent.

afstandsmaatregel in hotel

Dans le complexe hôtelier, il ne fallait pas porter de masque buccal. Le respect des distances restait d’application. Le personnel était quant à lui protégé par des masques et des écrans de verre dans les bars et les réceptions. Quand vous sortiez de l’hôtel, on prenait votre température corporelle à votre retour.

temperatuur meten

Les sorties et le transport

Quand vous quittiez l’hôtel pour effectuer une excursion par exemple, vous deviez emporter un masque buccal. En effet, si vous prenez un taxi ou les transports en commun en Bulgarie, le port du masque est obligatoire. Si vous entrez dans un magasin, on vous demande généralement de bien vouloir mettre votre masque.

La situation est donc assez similaire à celle de notre pays, à la différence que de nombreux commerçants ne portent pas de masque. Dans les établissements horeca de Nessebar, les serveurs portaient eux aussi un masque. On a quand même pu constater que certaines personnes ne comprenaient pas qu’il faut le placer sur le nez.

mondmaskers in Taxi

Besoin d’inspiration ?

Vous partez bientôt en vacances ?

Mieux vaut ne pas tomber en panne sur l’autoroute quand vous êtes à l’étranger. Préparez votre départ en souscrivant l’assistance dépannage en Europe de Mobly : vous payez 2,50 €/jour, uniquement quand vous voyagez.

Cet article a-t-il été utile?

Publiez une réaction
Edit comment

Publiez la première réaction

Publiez une réaction