L’électrique prend son envol


Le secteur aéronautique est loin d’être à la traîne concernant l’électrique. Après l’apparition des premiers vols motorisés par les frères Wright au début des années 1900, la production massive et à grande échelle d’avions ne s’est pas fait attendre. Nouvelle évolution en date : les avions électriques.

En décembre 2019, une exclusivité mondiale a été présentée par Harbour Air. La compagnie aérienne a en effet réussi à faire voler un hydravion entièrement électrique transportant six passagers à son bord. L’avion a décollé de l’aéroport international de Vancouver (Canada) et s’est posé quelques minutes plus tard sur le fleuve Fraser à Richmond.

© Harbour Air

Avion électrique

D’ici 2022, Harbour Air souhaite disposer d’une flotte d’avions entièrement électriques. Mais la société n’est pas la seule à miser sur cette énergie.

Airbus investit également dans les petits avions électriques pouvant transporter un maximum de deux passagers. EasyJet surfe également sur la vague. Ainsi, avec la start-up américaine Wright Electric, la compagnie aérienne voudrait pouvoir proposer le premier vol commercial électrique en 2027. Il est ici question de vols charters capables de parcourir jusqu’à 500 km.

© EasyJet

Alors que Harbour Air, Airbus et EasyJet construisent des versions électriques d’avions existants, d’autres acteurs sont présents sur le marché avec l’idée de proposer des conceptions entièrement innovantes.

L’entreprise israélienne Eviation investit par exemple dans les avions électriques au design révolutionnaire. Eviation devrait, tout comme Harbour Air, sortir un avion électrique en 2022. Le modèle en question pourrait transporter 9 passagers maximum et effectuer une distance de 1 000 kilomètres.

© Eviation

Billets moins chers et nuisances sonores réduites

Conduire un véhicule électrique présente de nombreux avantages et voyager à bord d’un avion électrique est intéressant à bien des égards.

Le premier avantage est pour le client. Actuellement, le kérosène représente 25 % du prix d’un billet d’avion. Avec des avions électriques, plus besoin de kérosène. Et qui dit arrêt du kérosène, dit baisse des prix des billets.

Le carburant des avions coûte cher, en plus de polluer énormément. L’industrie aéronautique est responsable de 2 % des émissions totales en CO2 produites par l’homme. Les avions électriques permettent de réduire ce pourcentage à néant.

Leurs moteurs sont aussi beaucoup plus silencieux. Cela est non seulement bénéfique pour les passagers de l’avion, mais également pour les personnes qui vivent à proximité d’un aéroport par exemple.

Enfin, un avion électrique est plus facile à entretenir. Le nombre réduit de parties mobiles écourte et facilite l’entretien. Élément non négligeable : l’avion peut également être en service plus longtemps qu’à l’heure actuelle.

Le poids, l’ennemi juré des vols long-courrier

Les avions électriques présentent aussi des inconvénients, le plus grand d’entre eux étant le poids.

Plus l’avion est chargé, plus il a besoin d’énergie pour se déplacer. Et c’est là que ça coince. L’énergie contenue dans 1 litre de kérosène équivaut à des batteries de 50 kg. Il faut donc un poids 50 fois supérieur pour disposer de la même quantité d’énergie.

Le kérosène brûle et entraîne une diminution du poids de l’avion au fil du trajet. L’avion a donc besoin de moins en moins d’énergie. Les batteries restent quant à elles constamment dans l’avion et la consommation d’énergie reste la même tout au long du vol.

L’autonomie maximale d’un avion électrique est d’environ 1 500 kilomètres. Le nombre de passagers est également limité. Pour voyager plus loin ou transporter plus de passagers, la capacité des batteries va devoir être améliorée.

Cet article a-t-il été utile?

Publiez une réaction
Edit comment

Publiez la première réaction

Publiez une réaction