La vignette en Wallonie : bon plan ou fausse bonne idée ?


Alors que la mobilité est au cœur des discussions ces derniers temps, les gouvernements fédéraux songent à différentes manières de taxer les usagers de la route. Alors que la Flandre opterait davantage pour un système de taxe kilométrique, la Wallonie semble quant à elle pencher pour la vignette.

La vignette en quelques mots

L’objectif principal de la vignette vise à faire payer les étrangers (lire : ceux qui ne résident pas en Wallonie) qui traversent notre pays. L’automobiliste wallon devrait lui aussi s’en acquitter, à la différence que le prix d’achat de la vignette serait déduit de sa taxe de circulation.

En bref, l’opération ne lui coûterait rien, mais pourrait rapporter beaucoup. Entre 45 à 50 millions d’euros par an, pour être plus précis.

Une vignette, oui, mais à quel prix ?

Le tarif d’acquisition de la vignette pourrait s’élever entre 40 et 50 euros. C’est notamment la somme qu’il faut débourser pour se rendre en Suisse, où le système est déjà appliqué. Toutes les voitures doivent disposer d’une vignette autoroutière pour circuler sur le territoire (éviter les tronçons payants relève de la prouesse pour les étrangers traversant le pays).

En France, les automobilistes français et étrangers doivent en revanche s’acquitter de frais liés aux péages (85 % du réseau autoroutier étant privatisé et payant). Et la note peut vite s’avérer assez salée si vous voulez vous rendre dans le sud du pays…

Vignette wallonne versus taxe kilométrique flamande

Si la vignette semble plébiscitée au sud de notre pays, il en est tout autre côté flamand. En effet, la Flandre penche plutôt pour une taxe au kilomètre : plus vous roulez, plus vous payez. Selon des experts mandatés par le gouvernement flamand, cela viserait à combattre les encombrements.

Et à Bruxelles ? Un système de péage à l’entrée de la capitale est évoqué… Conclusion : nombreux s’accordent à dire qu’il faut surtout une concertation nationale pour mettre en place un système unique dans toute la Belgique.

Affaire à suivre, donc.