Festivals belges contre mobilité : voilà le grand gagnant !


Pour celui ou celle qui trépigne d’impatience à l’idée de se rendre aux festivals belges, le compte à rebours est lancé : les canettes de bière sont encore fraîches et vous n’avez qu’une idée en tête : faire vos premiers pas dans la prairie du festival. Petit détail non négligeable : comment vous y rendre le plus rapidement ? Les possibilités de transport ne manquent pas, mais quel festival obtient la meilleure note en matière de mobilité ? Un aperçu des 5 festivals belges les plus populaires :

festivals belges

Nous avons sélectionné le vainqueur sur la base de quelques critères : pour chaque festival, nous avons pris en compte la facilité générale, la proximité d’une (grande) gare, les avantages supplémentaires (tels qu’un système de covoiturage ou de réparation de vélo sur place) et les dépenses par moyen de transport. Ce dernier élément était déterminant dans notre calcul de points. Nous nous sommes basés sur les données actuelles des sites Internet officiels, ceux-ci pouvant encore être complétés au cours de l’été.

GRASPOP 20 juin – 24 juin 2018 | Dessel, Anvers

  • GRASPOP EN VOITURE  

Graspop est très bien adapté aux voitures : tous les parkings sont gratuits et se trouvent à quelques pas de la prairie du festival. Comme la plupart des festivals belges, de nombreuses rues aux abords du terrain sont piétonnières, même s’il faut parfois y faire la file. Si vous vous y rendez en voiture, veillez à vous fier aux panneaux « festival » plutôt qu’à votre GPS. Il n’y a toutefois pas de parking distinct pour les motos ou les scooters.

Graspop propose également une zone Kiss & Ride permettant aux taxis et voitures de vous y déposer. Vous en trouverez une à la gare de Mol, mais également à proximité du terrain. À nouveau, suivez les panneaux. Des navettes sont par ailleurs mises gratuitement à disposition au départ des deux zones Kiss & Ride, de manière permanente et pour toute la durée du festival. Une autre option consiste à recourir au covoiturage. Vous pouvez pour ce faire vous inscrire en ligne.

  • GRASPOP EN VÉLO

En vélo, vous évitez les embouteillages et soutenez l’environnement. Graspop vous en remercie avec un chouette… gadget. Un abri pour vélos surveillé offrant suffisamment de place est situé près de l’entrée du terrain. Si pour l’une ou l’autre raison vous déposez votre vélo ailleurs, il se peut que vous le retrouviez parmi les autres. Autre possibilité : combinez le vélo et le train. Au départ de la gare de Mol, il vous faudra une demi-heure pour rejoindre le festival, et vos jambes seront déjà échauffées pour le moshpit.

  • GRASPOP AVEC LES TRANSPORTS EN COMMUN  

Le train n’est pas gratuit, mais vous bénéficiez toutefois d’une réduction. Sur le site Internet des chemins de fer belges, vous payez, entre le 21 et le 25 juin, 10 euros pour un ticket aller-retour à destination du GMM au départ de n’importe quelle gare belge. La navette est quant à elle gratuite et ne dure que 10 minutes. Elle vous emmène jusqu’à 3h du matin à la gare de Mol. Vous pouvez également rejoindre Dessel en transports en commun à l’aide de voyages en bus organisés. Des bus dans lesquels vous pouvez réserver une place prennent ainsi le départ aux quatre coins de la Belgique.

ROCK WERCHTER 5 juillet – 8 juillet 2018 | Werchter, Brabant flamand

  • ROCK WERCHTER EN VOITURE

Rock Werchter a réalisé une infographie reprenant des zones rouges, jaunes et vertes : les périodes de grande affluence à éviter à tout prix par rapport aux périodes plus calmes sur la route. Veillez à en tenir compte si vous ne voulez pas faire la file trop longtemps. Autour du site se trouvent différents parkings payants. Si l’un d’entre eux est complet, vous êtes redirigé vers un autre. À partir du 4 juillet, vous payez 20 euros pour une place de parking. À partir du 5 juillet, vous ne payez plus que 15 euros, et ce tout au long du festival. Tenez compte du fait que le paiement doit être effectué en liquide. Vous souhaitez quitter le parking et y revenir plus tard ? Il vous faudra payer à nouveau dans ce cas.

Le concept que l’on appelle Park & Bike est une bonne alternative : vous emportez un vélo pour vous déplacer sur le site. Sur place, vous pouvez également toujours compter sur les transports en commun. Rock Werchter insiste également sur l’importance de suivre les indications fléchées et non votre GPS. Pour les motos et les scooters, il y a un parking distinct : The Hive (Nord) ou B2. Le prix est de 10 euros. Celui ou celle qui souhaite éviter la foule aux abords du site peut se faire déposer dans la zone Kiss & Ride. À côté de la gare de Louvain, une navette vous amènera rapidement jusqu’au festival toutes les trente minutes maximum. Autour du site se trouvent quelques zones Kiss & Ride. Celles-ci sont indiquées le long du chemin.

  • ROCK WERCHTER À VÉLO

Le vélo reste LE mode de déplacement pour les festivals belges, et Rock Werchter se met au diapason : pas moins de trois abris pour vélos gratuits situés à quelques pas du site du festival, surveillés en permanence. Sans compter que dans chaque abri, vous pouvez faire appel à un réparateur de vélo. Ainsi, si vous crevez un pneu en chemin, vous ne devez pas craindre un retour laborieux. Vous devrez toutefois vous acquitter pour ce faire d’une petite somme. Si vous habitez trop loin de Werchter, vous pouvez toujours combiner le train et le vélo. Au départ de la gare de Louvain, le trajet à vélo ne vous prendra que 40 minutes.

  • ROCK WERCHTER EN TRANSPORTS EN COMMUN

À Rock Werchter, le trajet en train est inclus dans votre ticket. Vous pouvez télécharger un ticket de train électronique en ligne et vous rendre au festival au départ de n’importe quelle gare belge. Les navettes sont également gratuites. Vous pouvez les emprunter depuis la gare d’Aarschot ou de Louvain. Le trajet dure environ un quart d’heure, le terminus se trouve à quelques pas du site.

festivals belges

Dour Festival 11 juillet – 15 juillet 2018 | Dour, Hainaut

  • DOUR EN VOITURE

Le parking du festival est gratuit. Dans les environs du festival, suivez les panneaux « Dour Festival » et non votre GPS. Une zone Kiss & Ride vous permet également d’être débarqué(e) et embarqué(e) en voiture. Dour insiste également sur le covoiturage : par le biais de cette plate-forme, vous pouvez libérer une place dans votre voiture ou rechercher une autre voiture qui peut vous accueillir à son bord. Plus respectueux de l’environnement, moins coûteux, et moins d’embouteillages.

  • DOUR EN VÉLO

Un abri pour vélo est disponible à proximité du site. La gare la plus proche se situe à 20 minutes à vélo. Comme pour la plupart des festivals belges, vous pouvez également combiner facilement le vélo et le train.

  • DOUR EN TRANSPORTS EN COMMUN

À partir du 20 juin, il vous est possible d’acheter un ticket de train électronique aller-retour vers la gare de Saint Ghislain pour 10 euros. Davantage de trains circulent pour le festival, et il y a même un « Party train ».  Au départ de la gare, des navettes vous emmènent gratuitement vers le Dour Festival. Vous pouvez également recourir à des voyages en bus accompagnés au départ de différents points en Belgique et à l’étranger.

Tomorrowland 20 juillet – 22 juillet et 27 – 29 juillet 2018 | Boom, Anvers

  • TOMORROWLAND EN VOITURE

En approchant du site du festival, veillez à suivre les indications plutôt que votre GPS. À proximité du site se trouvent plusieurs parkings : pour Tomorrowland, suivez « P Festival », pour Dreamville « P Camping ». Il est préférable que vous réserviez déjà un ticket en ligne : 10 euros pour 1 jour, 20 euros pour 3 jours. Une zone Kiss & Ride est également disponible afin de débarquer et embarquer les festivaliers.

  • TOMORROWLAND EN VÉLO

Vous pouvez garer votre vélo dans l’abri pour vélo surveillé situé près de l’entrée principale, sur la Schommelei. Celui ou celle qui se rend d’Anvers à Boom en vélo et souhaite déjà échauffer ses jambes pour la piste de danse y consacrera une heure. De plus, si vous souhaitez quitter le tumulte de nuit plus rapidement, le vélo est une excellente solution.

  • TOMORROWLAND EN TRANSPORTS EN COMMUN

Pour 11 euros, vous pouvez acheter un ticket de train électronique, vous permettant de vous rendre à la gare de Boom au départ de n’importe quelle gare. Vous pouvez acheter des tickets à partir du 4 juillet. Une navette gratuite au départ de Boom vous emmènera à Tomorrowland ou Dreamville. Si vous souhaitez rentrer chez vous de nuit, vous pouvez compter sur quelques trains supplémentaires à destination d’Anvers-Central. À partir d’ici, vous êtes livrée à vous-même : aucun train de nuit ne vous emmènera vers d’autres gares belges. La ligne de bus 500 est une autre option : celle-ci s’arrête devant l’entrée principale de Tomorrowland et se rend à Anvers.

festivals belges

Pukkelpop 15 août – 18 août 2018 | Kiewit, Limbourg

  • PUKKELPOP EN VOITURE

Les abords du site du festival disposent de suffisamment de parkings. Mais vous devrez mettre la main au porte-monnaie, en liquide uniquement. Dans les environs, des zones Kiss & Ride accessibles en voiture vous permettent de poursuivre votre itinéraire à pied ou en transports en commun.

  • PUKKELPOP EN VÉLO

Le Limbourg, où le vélo est roi, vous souhaite la bienvenue, tout comme le Pukkelpop. Un parking pour vélo gratuit situé à proximité du festival vous permet d’entreposer votre destrier d’acier. Au départ de la gare d’Hasselt, le trajet en vélo vous prendra un quart d’heure : idéal si l’on veut combiner le train et le vélo.

  • PUKKELPOP EN TRANSPORTS EN COMMUN

Le Pukkelpop est le roi des transports en commun : que vous voyagiez en bus ou en tram, le trajet est entièrement gratuit, quelle que soit la distance. Il vous suffit de montrer votre ticket de festival ou votre bracelet au chauffeur de bus de De Lijn.
Le train vous y emmène également gratuitement au départ de n’importe quelle gare belge. Vous pouvez télécharger un ticket électronique à partir du 27 juillet. Pukkelpop se situe d’ailleurs à 500m de la gare de Kiewit, elle-même située à un arrêt d’Hasselt. De là, vous pouvez emprunter gratuitement la navette qui vous amènera rapidement au festival.

Les festivals belges sont fins prêts. Et vous ?